BIENVENUE SUR LE FORUM HITS MUSIQUES


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Chammak Challo - RA.One
Ven 28 Déc - 23:35 par Maguy

» The Police - Roxanne
Mer 12 Déc - 17:19 par Invité

» Anita Baker
Ven 16 Nov - 1:23 par Invité

» John ZORN
Jeu 15 Nov - 17:42 par Invité

» Denis Plante
Mar 30 Oct - 17:09 par Invité

» LAMB JOSEPH
Sam 29 Sep - 17:28 par Invité

» Booker T. and the M.G.'s
Sam 29 Sep - 16:41 par Invité

» Alfredo Gobbi
Ven 7 Sep - 0:17 par Invité

» Kriminal tango Piero Trombetta
Lun 3 Sep - 16:08 par Invité

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 36 le Mer 24 Oct - 3:58
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain   Jeu 5 Mai - 19:13

Claude Luter fut le grand spécialiste du style New Orleans en France, longtemps partenaire de Sydney Bechet avec qui il grava de nombreux enregistrements. Il joua également avec d'autres grandes figures du jazz américain comme le trompettiste Louis Armstrong et le clarinettiste Barney Bigard. C'est une personnalité marquante de l'âge d'or des caves de Saint-Germain-des-Prés, dans l'après-guerre.

C’est à la fin de 1945 qu’il entame une véritable carrière de musicien dans de petits clubs du Quartier Latin de Paris et du 16e arrrondissement. En mai 1946, Claude Luter , fait fureur au "Lorientais", une boîte ouverte dans le sous-sol de l'hôtel des Carmes, rue des Carmes. Mme Bereaud, propriétaire du petit hôtel de la rue des Carmes a fait appel à Luter et Mowgli, qui alors jouait du piano pour jouer dans sa cave, petite à petit la formation s'étoffa. Après différents changements, l'orchestre définitif "Les Lorientais" fut sur pied qu'en juin 1947. La cave devient un lieu très fréquenté par l’intellingentsia parisienne. Aux côtés de Luter, on peut entendre Boris Vian, dans le public il y a Jean-Paul Sartre, Prévert, Eluard, Bernard Blier, Micheline Presle, Raymond Queneau . Les clubs entrent dans la légende, Le Tabou, Le Club Saint-Germain. Paris devient la deuxième capitale du jazz et une terre d'accueil pour de nombreux musiciens américains.

Au festival de Nice, en 1948, Luter et ses Lorientais représentent le Jazz français. Ils ont ainsi l’occasion de côtoyer leurs idoles : Louis Armstrong, Earl Hines,et enregistrent leurs premiers disques. Armstron est élogieux à leur égard.

Claude Luter quitte le "Lorientais" en décembre 48, et s'installe au sous-sol du théâtre du "Vieux Colombier", où il poursuit sa carrière, applaudi par Queneau, Giacometti, Camus, Sartre et les autres. Il tourne dans “Rendez-vous de Juillet” et participe au festival de Paris en 1949"Tadd Dameron et Miles Davis représentent la nouveauté, Sidney Bechet les anciens. Luter et Bechet vont se trouver et jusqu'au milieu des années 1950, l'orchestre français accompagne le musicien américain, qui va connaître un succès digne des stars actuelles du rock en raison d'un mouvement de revival parallèle à d'autres évolutions du jazz (post bop, west coast, cool...). Dans les boums, on se bécote sur Petite Fleur et l'on se trémousse sur Les Oignons."(Sylvain Siclier- Le Monde) L’orchestre de Luter représente alors ce qui se fait de mieux dans le revival du Jazz Nouvelle-Orléans réunissant sincérité, passion, et technique.

Deux grandes orientations du jazz coexisteront durablement, le style traditionnel, dont la formation emblématique fut celle de Claude Luter, avec Sydney Bechet et Milton Mezzrow et d'autre part le bebop défendu par Boris Vian , le jazz nouveau des Charlie Parker, Dizzy Gilepsie et Thelonious Monk, tendance représentée dans les caves se Saint-Germain par les frères Hubert et Raymond Fol.

Après six années auprès de celui "qui lui a tout appris" (Sydney Bechet), Luter à la tête de son orchestre et se produit un peu partout dans le monde notamment en Amérique du Sud en 1957 et dans l’Union Soviétique en 1962. Mais déja, le jazz est en perte de vitesse. au profit des yé-yé, des Beatles et du rock. Le jazz, c'est alors un truc pour les vieux. Claude Luter est mort en 2006.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain   Dim 22 Mai - 23:05

ouiiii mon claude luter adoré, et je ne l'avais pont vu!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Maguy
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Messages : 4029
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 54
Localisation : Ile de la Réunion

MessageSujet: Re: Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain   Dim 22 Mai - 23:37

Pas mal mais sans plus

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
"Mon père a dit que si un homme ne peut être fidèle au travail, on ne peut jamais avoir confiance en lui" FANAA
Revenir en haut Aller en bas
http://hits-musiques.forumsactifs.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain   Lun 23 Mai - 20:03

ben vi ma maguy, tu as bien le droit de ne pas t'extasier, comme moi avec les tatattatatata répétitifs :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain   Dim 7 Aoû - 22:51

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Claude Luter, "Les Lorientais" et les caves de Saint-Germain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un club une passion JOHNNY
» Claude Debussy (1862-1918)
» claude langlois
» Claude Balbastre (1724-1799)
» La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BIENVENUE SUR LE FORUM HITS MUSIQUES  :: GENRES DE MUSIQUES :: Jazz-
Sauter vers: